La Turquie lance son offensive au nord-est de la Syrie

SYRIE - Après plusieurs jours de menace, la Turquie a finalement mis son plan à exécution. Il y a quelques heures, le pays a lancé une série de frappes aériennes visant des milices kurdes “soutenues...

La Turquie lance son offensive au nord-est de la Syrie

SYRIE - Après plusieurs jours de menace, la Turquie a finalement mis son plan à exécution. Il y a quelques heures, le pays a lancé une série de frappes aériennes visant des milices kurdes “soutenues par les Occidentaux dans la lutte antijihadistes,”, dont les positions se trouvent à la frontière nord-est de la Syrie, rapporte l’AFP.

Sur Twitter, le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé le lancement de l’offensive, intitulée “Opération printemps de la paix”, dont la mission est, selon ce dernier, “d’empêcher la création d’un corridor terroriste à travers notre frontière sud et de rétablir la paix dans la région”.

“Les forces armées turques, avec l’armée nationale syrienne, viennent de lancer l’Opération printemps de la paix contre le PKK/YPG et les terroristes de Daech dans le nord de la Syrie. Notre mission est d’empêcher la création d’un corridor terroriste à travers notre frontière sud et de rétablir la paix dans la région”.

“Cette opération neutralisera les menaces terroristes contre la Turquie et conduira à la création d’une zone de sécurité facilitant le retour des réfugiés syriens dans leurs foyers. Nous préserverons l’intégrité territoriale de la Syrie et libérerons les communautés locales des terroristes.”

Une opération qui intervient mois de 48 heures après que Donald Trump a annoncé le retrait des forces américaines de la frontière turco-syrienne, laissant le champs libre aux forces turques.

Selon le porte-parole des Forces démocratiques syriennes, allié des milices kurdes, des “bombardements intensifs des avions turcs sur des positions militaires et des villages de civils” ont eu lieu, provoquant des pertes civiles, rapporte l’agence de presse française. 

Inquiétude de la communauté internationale

Des opérations militaires qui provoquent l’inquiétude de la communauté internationale. Quelques heures avant le début des bombardement, la ligue des Etats arabes a mis en garde contre les répercussions d’un possible déploiement militaire turc en Syrie, “y voyant un risque pour la sécurité et pour la situation humanitaire dans ce pays, déchiré par la guerre”, rapporte la MAP.

“Les opérations militaires projetées par Ankara en Syrie vont dégrader la sécurité et la situation humanitaire dans ce pays”, a averti l’organisation pan-arabe dans communiqué, qualifiant ce projet de “transgression flagrante de la souveraineté” de la Syrie et de “menace à son intégrité territoriale”.

Faisant part de son rejet catégorique de toute incursion turque dans les territoires syriens, la Ligue arabe estime que l’offensive militaire turque en Syrie risque d’attiser les conflits au nord et à l’est du pays et pourrait même renforcer l’organisation terroriste ”État islamique” (Daech), rapporte l’agence de presse marocaine.

De son côté, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a exigé “l’arrêt de l’offensive” et a affirmé qu’aucun financement européen ne serait accordé “pour une zone de sécurité”, rapporte l’AFP.