Le CNDH réagit à la polémique sur la note "discriminatoire" affichée dans les gares routières

POLÉMIQUE - L’affaire continue de faire des remous. Alors que la Compagnie de transports au Maroc (CTM) a démenti, mercredi 30 octobre, avoir mis en place des mesures discriminatoires envers les passagers de la communauté...

Le CNDH réagit à la polémique sur la note

POLÉMIQUE - L’affaire continue de faire des remous. Alors que la Compagnie de transports au Maroc (CTM) a démenti, mercredi 30 octobre, avoir mis en place des mesures discriminatoires envers les passagers de la communauté subsaharienne par la voie d’une note interdisant à ceux-ci l’achat d’un billet s’ils  ne disposent pas d’une carte de séjour, le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) annonce l’ouverture d’une enquête au sujet de cette affaire.

Dans un communiqué publié hier, le CNDH indique avoir “pris connaissance d’informations relayées par la presse, les réseaux sociaux, et les organisations de la société civile, concernant les pratiques de certaines compagnies de transport soumettant la vente de titre de transport à la présentation de carte de séjour pour certain-e-s étranger-ères”.

Le conseil mènera “les investigations nécessaires et prendra attache avec l’ensemble des acteurs concernés conformément à son mandat”, déclare-t-il. Et de réitérer par la même occasion “la nécessité de garantir le principe fondamental de non-discrimination en conformité avec la constitution qui dispose dans son préambule l’engagement du royaume ‘à bannir et combattre toute discrimination à l’encontre de quiconque, en raison du sexe, de la couleur, des croyances, de la culture, de l’origine sociale ou régionale, de la langue, de le handicap ou de quelque circonstance personnelle que ce soit’”.

 

Sur cette même affaire, le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports et le porte-parole du gouvernement, Hassan Abyaba, s’est également exprimé sur cette polémique. A l’occasion du point de presse hebdomadaire qu’il tient à l’issue du conseil de gouvernement, jeudi, il a estimé qu’une telle mesure est “discriminatoire”. Cité par nos confrères de Yabiladi, Abyaba a souligné:“si l’un des transporteurs marocains ou étrangers recourt à des usages racistes, nous le dénonçons totalement”.

Les militants confirment, la CTM dément

Il y a quelques jours, des affiches collées sur les guichets des gares de la CTM relayant une note signalaient l’interdiction de vente de billets aux “Africains qui ne justifient pas une résidence ou un passage régulier au Maroc”, soit une carte de séjour. 

L’affiche précise que cette mesure vise en “particulier” ceux qui se rendent vers les destinations au nord et au sud du pays comme Tétouan, Al Hoceima ou encore Laâyoune.

Ce même texte invite les chargés de clientèle à “vérifier les papiers de cette catégorie de voyageurs” et aussi à “interdire aux immigrés clandestins qui restent au Maroc de manière illégale de monter dans les autocars”.

Cette directive, dont l’authenticité, pour nos confrères de Yabiladi, est “confirmée”, a été largement dénoncée sur les réseaux, mais aussi par l’Association marocaine des droits humains (AMDH) à Nador. Pour celle-ci, cette mesure est du “pure racisme des autorités marocaines”.

Face à la polémique, la CTM a répondu par une mise au point publiée sur sa page Facebook. Elle y déclare que “cette note n’est pas un document de la CTM” et qu’“aucune annonce ou avis de ce type n’a émané de la direction générale de la compagnie”.